Permis de conduire
Publié le 26 Mars 2015 à 08h23 - 1125 v.

Reforme du Permis de conduire à l'Assemblée

Selon le Droit « universel », on dispose au plus tard de quarante-cinq jours d'espérance, nouveaux employés, l'Assemblée nationale a élu un changement du permis de conduire plus compliquée que prévu primitivement dans la loi Macron.


Cette changement « cascade de mesures », selon l’expression du ministre de l'économie, pourrait aller plus loin que la réforme accordée par le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve. Présentement, on trouve un entassement d’obstacle qui détourne plusieurs Français par an à demander le permis de conduire.

 


En effet, le délai d'attente moyen pour se passer un examen était en 2013 de quatre-vingt-dix-huit jours, mais avec ce changement qui s’est fait par régions, cette attente va de cinq mois en Ile-de-France et à moins de un mois dans le Limousin. De ce fait, le tarif pour avoir son permis est a beaucoup augmenté même dans les auto école bruxelles, pouvant aller jusqu’à 1 600 euros par personne. Et les jeunes, spécialement de milieux à faible revenus, sont alors sanctionnés.


Pour diminuer ce délai, l'article 9 du projet de loi Macron prédisait d’alléger les inspecteurs d'une part de leurs travails en proposant le passage de l'examen théorique, c'est-à-dire le code, à des services agréés et en transmettant celui du permis poids lourds à l'éducation nationale.


Nouvelle décret

L'Assemblée a parachevé le décret vendredi avec de nouvelles directives tels que « l'accès aux épreuves théoriques et pratiques du permis de conduire est un service universel » qui donne accès à une place d'examen à tout prétendant disposant du niveau nécessaire ; tel que le lancement d'une méthode de première nécessité afin de diminuer à quarante-cinq jours le délai moyen idéal entre deux présentations à l'examen du permis B par un même candidat ; dans les régions les plus étendues, les préfectures pourront demander les services de plusieurs contractants, expérimentés et aptes. On peut appeler par exemple les employés de la poste, des retraités etc ……….. Et finalement, la réorganisation de trente-cinq vérificateurs pour l'épreuve pratique du permis B, équivalent à quatre-vingt-douze mille nouveaux conducteurs par an, mais aussi à l’annulation du vingt heures d’étude pratique.